skip to Main Content
LE VIRUS NE GAGNERA PAS LA PARTIE

LE VIRUS NE GAGNERA PAS LA PARTIE

Nous vous proposons dans cette ACTU, un condensé de nouvelles positives.
L’objectif ? Lutter contre la contagion de news anxiogènes qui sévit sur le net et se détendre avec les actualités boostées à la dopamine. Vous êtes prêts ? A vos marques, partez !

 

La planète respire

Alors qu’une grande partie de la planète est aujourd’hui sous cloche, les voitures ne roulent plus, les usines sont globalement à l’arrêt et le trafic aérien est réduit au strict minimum. Une situation insensée pour la société, mais salvatrice pour la planète.

  • En Chine, les mesures pour enrayer la propagation du coronavirus ont réduit de 25% les émissions de CO2 dans l’air, pour le mois de février. Le même phénomène a été observé début mars par l’Agence spatiale européenne dans le nord de l’Italie, à Madrid et Barcelone, où un confinement strict est de mise depuis mi-mars, selon l’Agence européenne de l’Environnement.
  • La nature semble reprendre ses droits partout où l’Homme s’est retiré. À Venise, les eaux ont retrouvé leur clarté et les gondoles laissent place à la faune. En Sardaigne, des dauphins remontent vers les côtes, jusque dans le port de Cagliari, profitant de l’absence des ferrys. A Paris, on entend à nouveau le chant des oiseaux grâce à la réduction du trafic et de l’agitation.
  • Les espèces sauvages (enfin) protégées. A l’heure qu’il est, nous n’avons toujours pas identifié avec certitude l’espèce qui est à l’origine de la transmission du virus à l’être humain. Mais que ce soit un pangolin, un serpent ou une chauve-souris, paradoxalement, l’animal a contribué à la sauvegarde de ses semblables. Face à l’épidémie, et pour éviter toute récidive, la Chine interdit désormais le commerce et de la consommation d’animaux sauvages.
  • Alors que le prix du baril s’effondre, il remet en cause l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste -désormais difficilement rentable. Qui sait, peut-être une opportunité pour les énergies renouvelables ?
  • Le retour des circuits courts. Pour soutenir l’agriculture française menacée par l’interdiction des marchés en plein air et la fermeture des restaurants, la distribution passe à 95% d’approvisionnement made in France ! Un retour à la consommation locale et solidaire qui pourrait perdurer après la crise.

 

Concentré de solidarité

Les mouvements solidaires des Français se multiplient, quelques extraits par ici:

  • L’expérience qui nous précède en Chine est utilisée à bon escient : l’Empire du Milieu apporte son aide aux pays touchés, notamment via les Fondations Alibaba et Jack Ma.
  • On ne compte plus les entreprises qui s’activent et exploitent leur savoir-faire pour lutter contre le virus : la finance, le luxe, l’événementiel, l’hôtellerie… de nombreux secteurs s’impliquent. Le groupe Accor met à disposition des chambres pour le personnel médical et les sans-abris, BNP Paribas finance à hauteur d’1 million d’euros la recherche d’un vaccin menée par l’Institut Pasteur, Pernod Ricard offre 70.000 litres d’alcool, LVMH fabrique et distribue du gel hydroalcoolique, artisans, pizzaïolo et restaurateurs de toutes cuisines se relaient pour apporter des vivres et du réconfort aux soignants, en première ligne face à la maladie.
  • Les réseaux sociaux voient émerger les exemples concrets de bonnes pratiques, d’élans locaux d’entraide, de solidarités intergénérationnelles : Soutien, solidarité, générosité sont les maîtres mots qui occupent l’esprit d’une population confinée.
  • Dans l’événementiel ? Le secteur entier s’est mobilisé rapidement pour remédier au manque de places en hôpitaux. Nous ne comptons plus les initiatives de nos partenaires: le traiteur Aklé livre le service Pharmacie des Hôpitaux Est de Lyon, Serge Magner Evénements alloue tout son stock de blouses, tabliers et gants à l’Hôpital Saint Luc Saint Joseph. A L’Embarcadère, alors que nous quittions nos locaux pour leur préférer le home office, nous avons cédé notre stock de gel hydroalcoolique à un cabinet médical voisin.
  • Parents, professeurs et enfants travaillent ensemble à préserver l’éducation : Mère nourricière de notre société. Les éditeurs de manuels scolaires mettent gratuitement, à disposition de tous, les versions numériques de leurs ouvrages. Pour faciliter la continuité de l’apprentissage malgré le confinement, l’UNESCO a d’ailleurs mis en place un guide contenant notamment une partie sur les plateformes et outils d’apprentissage nationaux.
  • Et le meilleur pour la fin, chaque soir, les français se manifestent, avec respect, à leurs fenêtres et balcons afin de remercier et d’encourager le personnel de santé, en première ligne de ce virus, chaque jour un peu plus encore… A vos fenêtres à 20h, nous comptons sur vous!

 

Une situation qui stimule l’innovation

…et accélère le changement. Elle questionne les normes culturelles et commerciales et ébranle l’essentiel de ce que nous avons considéré comme acquis pendant des décennies.

  • Le saviez-vous ? C’est en 1665, pendant la peste noire que la théorie universelle de la gravitation voit le jour !
    Alors que la peste est en train de décimer Londres, le jeune Isaac Newton se réfugie dans le manoir familial de Woolsthorpe. Et c’est pendant ce confinement, qu’il va recevoir une pomme sur la tête (dit la légende) et écrire la théorie universelle de la gravitation.
  • À Grenoble, une jeune société a imaginé une alternative pour remplacer les gels hydroalcooliques : une borne qui désinfecte les mains, sans savon, en seulement quelques secondes. L’invention de la start-up (EverCleanHand) tombe à pic quand on connait la pénurie actuelle de gel hydroalcoolique.
  • En Italie, la société italienne Isinnova s’emploie à transformer des masques de plongée de marque Décathlon en respirateurs, pour remédier à la pénurie d’équipements dans les hôpitaux.  La solution étonnante est viable et bienvenue car l’appareil médical d’assistance respiratoire est essentiel en bloc de réanimation.
  • Doctolib, a mis à disposition ses services en ligne pour tous les médecins pendant la durée de l’épidémie. Le Figaro indique que la progression du virus a entraîné une augmentation de 40% des demandes.
  • ThirdEye promeut ses lunettes thermiques pour mesurer la fièvre. L’objectif ? Déterminer rapidement si quelqu’un présente des symptômes de fièvre. Selon le site Vox, l’entreprise dit avoir reçu 2 000 commandes liées à l’épidémie du coronavirus.
  • Les commerçants déploient leur services de livraisons. Alors que les demandes de livraisons à domicile progressent, les professionnels s’organisent pour continuer à servir leurs clients. Quant à la livraison de repas à domicile (Deliveroo, Uber Eats, Just Eat), les start-up cherchent à optimiser leurs process et revoient les standards d’hygiène à la hausse : on tente même le sans contact.

 

L’art se digitalise sous toutes ses formes

Pour adoucir et égayer le confinement de leur public, nombreux sont les artistes qui redoublent de créativité et de générosité.

  • Ils donnent de la voix et partagent leur groove sur les réseaux sociaux : Christine and The Queens, Chris Martin de Coldplay, Jean-Louis Aubert, John LegendMatthieu Chedid & Pierre Richard, Bono de U2Pink, Francis Cabrel, Patrick BruelNeil Young ou encore Laurent Garnier se relayent pour partager leur voix depuis leurs living room… sur les réseaux sociaux. De quoi rendre nos journées plus rock.
  • Artistes, opéras et salles de concerts bichonnent les amateurs de classique. C’est l’orchestre national de Serbie qui a lancé la tendance. Le groupe a produit son interprétation de Bella Ciao entièrement à domicile. Le concept ? Chaque instrumentiste se filme jouant sa partie à domicile, et le tout est monté pour une synchronisation parfaite. Depuis le nouveau genre musical fleurit, pour le plaisir de nos oreilles confinées.
  • Les comédiens nous font redécouvrir la poésie. Fabrice Luchini nous lit les Fables de La Fontaine , Zabou Breitman déclame Victor Hugo. Une compagnie de théâtre de Dijon propose même des permanences poétiques au grand public. Sur simple appel, des comédiens vous lisent des poèmes en direct.
  • Les musées mettent en avant leurs visites virtuelles pour permettre aux amateurs d’art de voyager tout en gardant les pieds chez eux.
  •  BREF FONCEZ… depuis chez vous !
L’Embarcadère s’engage pour des événements plus durables !